Inondée par la lumière de la Méditerranée, Valence est une ville qui nous offre la possibilité de vivre sa culture et de savourer sa gastronomie.

Sa fondation en 138 av. J.-C. en fait l’une des villes les plus anciennes d’Espagne.

Le forum érigé par les Romains se situait là où se trouve aujourd’hui la place de la Vierge.

Après la conquête musulmane, la ville passe sous le contrôle du Califat de Cordoue et le royaume Taifa de Valence est créé au XIe siècle. Des constructions luxueuses sont bâties dont il ne reste aujourd’hui que des vestiges.

La ville est reconquise par le Cid en 1094, mais elle ne restera sous le contrôle chrétien que pendant 8 ans.

Ce n’est qu’en 1238 que Jacques Ier d’Aragon va la conquérir définitivement.

La cathédrale, érigée sur le site de l’ancienne mosquée, remonte à cette époque.

Bien qu’elle présente les caractéristiques typiques du gothique valencien, elle a des éléments romans, Renaissance et néoclassiques.

Elle abrite en son intérieur de magnifiques peintures du Quattrocento.

Et aussi un objet de légende : le calice qui, selon certains historiens, pourrait être le convoité Saint Graal.

Son clocher, El Miguelete, est l’un des symboles de la ville.

Au XIIIe siècle, on construit aussi l’église Saint-Nicolas, la petite Chapelle Sixtine de Valence.

Les XIVe et XVe siècles sont marqués par l’une des grandes figures de la ville, Saint Vincent Ferrer, qui prêcha dans l’église des Saints Jean.

Les défenses de la ville sont renforcées avec la construction dans ses murailles des Tours de Serranos.

Ces siècles font aussi partie de son passé tragique: la peste noire de 1348, la révolte anti-juive de 1391 et les émeutes populaires de 1456 contre les musulmans du quartier des Maures.

Toutefois, le XVe siècle est aussi un moment d’apogée économique et culturelle. La Taula de Canvi est fondée : il s’agit d’un banque municipale visant à soutenir les opérations commerciales, et on érige le marché de la soie, emblème du développement social et du prestige de la bourgeoisie valencienne.

Le palais de Benicarló, actuel siège du Parlement valencien (Cortes Valencianas), et la Chapelle des Rois du couvent de Saint-Domingue remontent également à cette époque.

Le XVIe siècle est aussi une période tumultueuse, avec la révolte des Germanías, une rébellion sociale contre la bourgeoisie qui s’achève par la cruelle répression de ses leaders.

La crise s’accentue au XVIIe siècle avec l’expulsion de juifs et de morisques en 1609.

Pendant la guerre de succession, Valence rejoint le camp de l’Archiduc Charles. Sa défaite face à Philippe V donne lieu aux décrets de Nueva Planta, qui marquent l’abolition des fors et des institutions de Valence.

Le bâtiment le plus représentatif de l’époque est celui du Marquis de Dos Aguas.

L’Art Nouveau acquiert une personnalité propre dans la ville avec le modernisme valencien. Le marché central et la poste sont des bâtiments représentatifs de ce courant.

À l’époque contemporaine, Valence se situe à l’avant-garde en termes architecturaux avec le pont de Calatrava et le complexe des arts et des sciences.

Mais Valence n’est pas seulement célèbre pour ses monuments, elle l’est aussi pour sa paella, son horchata (boisson élaborée à base de tubercules de souchet), ses plages et, surtout, ses Fallas, des fêtes qui attirent des visiteurs du monde entier venus pour profiter de la tradition, de la fête, du feu et de l’art.